Pourquoi l’Europe a du mal à developper son secteur des technologies ?

Pourquoi l’Europe a du mal à developper son secteur des technologies ?

C’est le meilleur moment depuis des décennies pour le continent de se battre pour retrouver sa pertinence. Ses startups doivent agir en conséquence.

Bon sang, l’Europe, qu’est-ce qu’il te faut de plus ? De grandes universités. De fantastiques systèmes de transit. Plus de deux fois la population des États-Unis. Les meilleures voitures, montres, vin, bière. OK, les Américains font mieux la bière maintenant, mais toujours. Tant d’avantages glorieux. Et pourtant, l’Europe, comme toujours, continue de régner en tant que sous-performante en matière de technologies dans le monde.

L’apogée de Nokia Corp. et Ericsson AB n’est plus qu’un lointain souvenir, et l’Europe n’a rien de comparable à Apple, Amazon, Alphabet, Microsoft, ou Facebook, ou Alibaba ou Tencent, des sociétés dont la valeur marchande varie de 400 milliards à 1 billiard de dollars et ça continue. Avec des excuses à Stefon, l’entreprise technologique la plus en vogue en Europe est Spotify (34 milliards de dollars) ; le seul à neuf chiffres est SAP (140 milliards de dollars), le fabricant allemand du logiciel commercial le plus ennuyeux du monde.

La bonne nouvelle pour l’environnement Startup européen, c’est qu’ils ont eu la meilleure chance de faire quelque chose de très grand depuis un très long moment. Les champions nationaux chinois ont du mal à se développer sur des marchés pour lesquels ils n’ont pas adapté leurs services de manière adéquate. Et la Silicon Valley est à deux ans d’une série d’erreurs de fake news qui va entacher sa réputation. Cambridge Analytica. Le nouveau clavier MacBook Pro… Le 13 août, l’Associated Press a rapporté le dernier scandale – Google a continué de suivre l’emplacement des utilisateurs de son application Google Maps et stocké ces données même si les utilisateurs modifiaient leurs paramètres de confidentialité pour lui interdire de suivre leur activité de localisation. Facebook Inc. et Google sont persuasifs si, sans le vouloir, ils font valoir que le monde a besoin d’autres visions de l’avenir – l’Europe n’a qu’à en trouver.

Au cours des dernières années, l’Europe a apporté le genre d’argent qui lui manquait, a éliminé certains obstacles à l’expansion régionale et a construit une poignée de centres pour les startups dans ses capitales nationales. « L’écosystème technologique européen a le talent, l’ambition et la rapidité nécessaires pour produire des entreprises d’une taille comparable à celle des Facebooks et des Ubers du monde entier « , déclare Manish Madhvani, associé directeur de GP Bullhound LLP, un conseiller en investissement spécialisé dans la technologie. Et pourtant, bon nombre des meilleurs efforts du continent continuent de s’envoler ou de se vendre trop tôt. Il vaut la peine de visiter ce beau pays qu’est les Etats Unis pour voir quelles sont les occasions d’affaires manquées et découvrir ce qui n’a pas fonctionné et ce qui pourrait enfin marcher.

Le capital-risque en Europe

A Berlin, vous pouvez voir que les problèmes commencent en pensant petit. Depuis plus d’une décennie, Rocket Internet SE a construit une série d’entreprises ici, dans la ville qui compte le plus grand nombre de startups par habitant de la région. La plupart du temps, Rocket copie sans vergogne des entreprises américaines et asiatiques prospères, l’idée étant de créer des leaders du marché régional ou du moins d’en faire une nuisance suffisante pour que les originaux les rachètent. Rocket a attiré des milliers de jeunes diplômés, qui pourraient autrement viser plus haut, à travailler dans son usine de clones le jour et à profiter de la folle scène des clubs de Berlin la nuit (puis le jour et la nuit).

Même la création la plus réussie de Rocket – Zalando SE, un ancien doppelgänger de Zappos.com qui est devenu le plus grand détaillant de mode en ligne d’Europe – ne s’est pas imposé sur une scène plus grande. Bien que Zalando ait une valeur marchande de plus de 14 milliards de dollars et emploie 15 000 personnes, ses ventes demeurent concentrées en Allemagne, en Autriche et en Suisse, et elle s’est fixé un objectif modeste. Ses extensions en Irlande et en République tchèque cet été étaient les premières depuis 2013.

Related Post