Le marché du travail allemand a besoin d’une immigration extracommunautaire

Le marché du travail allemand a besoin d’une immigration extracommunautaire

Le nombre d’immigrés en provenance d’autres pays de l’UE devrait diminuer dans les années à venir, et dans un contexte de déclin démographique croissant, l’Allemagne a besoin de plus de travailleurs non européens, selon une étude publiée mardi.

Selon une étude publiée mardi par la Bertelsmann Stiftung, le marché du travail allemand a besoin d’au moins 260 000 immigrants par an à moyen et long terme.

Compte tenu du vieillissement de la société allemande, l’offre de main-d’œuvre – sans migration – diminuerait massivement d’environ 16 millions de personnes, soit presque un tiers de la population actuelle, d’ici 2060.

L’immigration extracommunautaire est nécessaire, étant donné que le volume des migrations en provenance d’autres pays de l’UE va diminuer à l’avenir, prédit l’étude.

Dans l’ensemble du bloc des 28 membres (27 au départ du Royaume-Uni), on s’attend à ce que la vigueur économique et la qualité de vie augmentent, ce qui signifie que l’attrait de trouver un emploi en Allemagne « diminue », a-t-il déclaré.

En conséquence, l’immigration en provenance de « pays tiers » non européens devient de plus en plus importante, ont écrit les auteurs de l’étude.

En moyenne, chaque années ce sont 114 000 nouveaux arrivants en provenance d’autres pays de l’UE et 146 000 en provenance de pays tiers. Et cette immigration était nécessaires pour limiter le déclin démographique de l’offre de main-d’œuvre à un « niveau acceptable pour l’économie », selon l’étude.

L’immigration en provenance d’autres pays de l’UE est restée forte ces dernières années, avec un total d’environ 250 000 personnes en 2017. L’Allemagne reste un pays moteur où l’économie affiche une croissance régulière et dont la qualité de vie continue d’attirer de nombreux étrangers.

Toutefois, compte tenu d’un déclin prévu de la migration dans l’UE, le marché du travail allemand aura besoin de près de 98.000 immigrants par an en provenance de pays tiers d’ici 2035, a écrit l’étude.

Entre 2036 et 2050, il faudra près de 170 000 immigrants de pays tiers par an, et entre 2051 et 2060, ce nombre passera à 200 000 immigrants par an.

En moyenne, cela représente 146 000 migrants en provenance de pays tiers qui sont nécessaires chaque année entre 2018 et 2060, a prédit l’étude.

Related Post